CLQLV #1: Lundi 13 novembre 2017 | HAILEY

Bonjour!

J’espère que vous allez bien en ce lundi. Pour ma part, tout va bien et je suis heureuse de vous retrouver pour une nouvelle catégorie d’article avec le célèbre « C’est lundi que lisez vous? ». En effet cela fait longtemps que je souhaite commencer a faire cet article mais malheureusement, j’ai eu une très grosse panne de lecture depuis septembre. Aujourd’hui cela va mieux et c’est pour cela que je vous écris aujourd’hui! J’espère que cela va vous plaire et n’hésitez pas a me dire quelles sont vos lecture du moment! Je vous souhaite une bonne semaine et de bonnes lectures!

 

Qu’ai-je lu la semaine dernière?

ccccccccccccccccccccccc

J’ai énormément apprécié mes deux lectures de la semaine dernière. Grâce à l’acte 1 & 2 de Dear You, j’ai pu découvrir Emily Blaine, que je trouve excellente et qui pour moi, est la Colleen Hoover des chick lits. J’ai vraiment hâte de pouvoir vous en parler plus et surtout de lire la suite. Je vous recommande réellement cette histoire si vous aimez les chick lits comme moi.

Résumé de Dear You, d’Emily Blaine:  Bienvenue au Peninsula, palace de rêve au cœur de la ville qui ne dort jamais. Moi: Kathleen, 25 ans, rêveuse tendance fleure bleue. Statut: Célibataire …. pour l’instant.Avant, ma vie sentimentale se limitait à lire les petites annonces de la rubrique « rencontres » de New Yorker. Avant, j’étais la concierge de luxe désespérément romantique au Peninsula, l’un des plus beaux cinq étoiles de New-York. Avant, j’avais envie de trouver l’amour. Aujourd’hui, je dois décider qui sera mon grand. Parce que, oui, il semblerait que Cupidon m’ait enfin entendue, et qu’il ait rattrapé le retard accumulé en décochant trois flèches. Trois, rien que ça ! Et voilà que je me retrouve à devoir choisir entre un client richissime et odieusement séduisant, un collègue barman qui a tous du petit ami idéal, et un mystérieux correspondent qui me comprend mieux que personne. Bienvenue dans ma vie.

 

Que suis-je entrain de lire en ce moment?

ccccccccccccccccc

J’ai commencé cette semaine La cave, un livre de Natasha Preston. J’entends parler de ce livre depuis si longtemps que j’ai enfin sauté le pas. Les premiers chapitres ont été très difficiles pour moi car le thème de l’enlèvement est presque phobique pour moi. Néanmoins, j’aime énormément l’écriture et l’histoire. J’ai vraiment hâte de pouvoir avancer dans cette histoire et surtout de connaitre la fin.

Concernant le tome 4 d’After d’Anna Todd… Il traine chez moi depuis si longtemps qu’il faut réellement que je le termine. J’avance doucement, lassée par les histoires de Tessa et d’Hardin. Mais il faut que je termine ce livre mais aussi la saga. 

Résumé de La Cave par Natasha Preston: Imaginez une maison comme n’importe quelle autre. Dedans, une pièce. Dans cette pièce, une armoire. Derrière cette armoire, une porte. Au-delà de cette porte, des escaliers. Et en bas, une cave. Une cave où sont séquestrées trois filles, Rose, Iris et Violette, soumises à la folie maniaque et meurtrière d’un homme : Trèfle. Dans une autre maison, dans une ville où il ne se passe jamais rien, Summer mène une vie parfaitement banale. Elle a des parents, un frère, des copines, un petit ami. Mais un soir, sa route croise celle de Trèfle, et Summer ne rentre pas chez elle. Elle se retrouve enfermée dans une cave en compagnie des autres filles et rebaptisée Lilas. Mais contrairement aux autres filles, elle n’est pas prête à accepter son sort jusqu’à faner et dépérir…

 

Que vais-je lire ensuite?

ccccccccccccc

Ensuite, je vais tenter de me lancer dans le second tome de la saga Calendar Girl d’Audrey Carlan. Je n’avais pas du tout aimé le premier tome mais je ne lâche rien et je vais tenter le tout pour le tout avec le deuxième tome! Et puis, je vais essayer de commencer le premier tome des 100, de Kass Morgan. J’aime beaucoup la série et j’ai le premier tome depuis cet été chez moi, raison de plus pour le lire!

Résumé des 100, de Kass Morgan:  2:48… 2:47… 2:46… Ils sont 100, tous mineurs, tous accusés de crimes passibles de la peine de mort. 1:32… 1:31… 1:30… Après des centaines d’années d’exil dans l’espace, le Conseil leur accorde une seconde chance qu’ils n’ont pas le droit de refuser : retourner sur Terre. 0:45… 0:44… 0:43… Seulement, là-bas, l’atmosphère est toujours potentiellement radioactive et à peine débarqués les 100 risquent de mourir. 0:03… 0:02… 0:01… Amours, haines, secrets enfouis et trahisons. Comment se racheter une conduite quand on n’a plus que quelques heures à vivre ?

 


Vous pouvez nous rejoindre sur instagram ou par mail: bookafterbook@outlook.fr

Publicités

Chronique #20: Alive – Scott Sigler| Hailey

Bonjour!

Je vous retrouve aujourd’hui dans une nouvelle chronique pour vous parler d’Alive, un livre de Scott Sigler!

J’espère que cette chronique va vous plaire! Bonne lecture.

c

17837026_1913203472285156_866053596_o

c


c

R E S U M E

c

«J’ouvre les yeux dans le noir. Le noir total. J’entends ma propre respiration, mais rien d’autre. Je soulève la tête – elle bute sur une surface solide, qui ne bouge pas d’un pouce. Il y a un mur juste devant mon visage. Non, pas un mur… un couvercle. »

Em se réveille dans les ténèbres, seule, entravée dans un espace confiné qui ressemble à un sarcophage. Elle sait que c’est le jour de son anniversaire mais… c’est tout. Elle ne se rappelle ni son nom, ni ce qu’elle a fait la veille, ni le visage de ses parents. Elle n’y comprend absolument rien. Lorsqu’elle parvient, à force de volonté, à se libérer de ce piège, elle découvre, autour d’elle, onze autres cercueils, dont certains occupants sont encore en vie. Une initiale et un nom de famille sont gravés sur chaque sarcophage.

La jeune fille prend la tête du petit groupe d’adolescents – qui pensent tous avoir douze ans, mais qui en paraissent plutôt dix-sept – et découvre un labyrinthe de couloirs poussiéreux, constellés par endroits d’ossements. Se trouvent-ils sous terre ? Y a-t-il d’autres survivants ? Comment trouver eau et nourriture ? Et surtout : qui sont-ils, quels sont ces étranges symboles qui marquent leur front, comment se sont-ils donc retrouvés là ? »

cc


c

M O N  A V I S

c

J’avais tellement hâte de lire ce livre!

Je l’ai lu en un peu moins de deux semaines car j’ai coupé cette lecture pour lire en parallèle d’autres livres. La cause? L’auteur veut nous donner envie de connaitre le pourquoi du comment à propos des enfants qui se réveillent sans rien savoir, alors l’histoire avance, on veut savoir, mais on se demande si on saura la vérité un moment ou un autre.

J’étais un peu désespérée de voir le livre avancer car je ne voyais pas de but, et je pense que c’est dû au fait de ne rien savoir. Alors l’histoire se déroule mais rien n’arrive. Aux trois quarts du livre, on apprend enfin la vérité (et pour le coup, on apprend tout à la suite) mais c’est d’un compliqué! Autant vous dire que lire ce moment-là à minuit, fatiguée, ce n’est pas du tout le bon moment…

J’ai eu un problème avec la plume, je ne pense pas que cela soit à cause de l’auteur mais à cause de la traduction, car il y avait certains moments où j’avais l’impression que deux personnes différentes écrivaient ce livre…

Les personnages quant à eux, m’ont énormément plu, ils sont attachants, assez bien décris (le peu qu’il y a suffit pour se donner une image) et, j’étais très contente de voir qu’on était simplement dans un roman d’aventure, de dystopie et qu’il n’y ait aucune histoire d’amour (pour le tome 1, je n’ai pas lu la suite en tout cas) mais seulement des histoires d’attirance, cela change de d’habitude et cela fait du bien.

Certains passages de ce roman restent néanmoins vagues dans ma tête, et je pense devoir le relire un jour pour comprendre le roman dans sa totalité.

J’ai quand même apprécié ma lecture, et je lirai la suite dans l’été.

c


c

I N F O R MA T I ON S 

c

L’auteur: Scott Sigler      Le prix: 15€     

L’édition: Lumen

c


c

E X T R A I T S 

c

«Dans mon passé tourbillonnent de vagues murmures, des ombres et des souvenirs qui n’ont sans doute jamais existé, ou alors juste dans mes rêves. La seule réalité fiable demeure ce qui s’est passé une fois l’aiguille plantée dans ma gorge. »

«Nous pouvons être qui nous voulons. Nous pouvons bâtir notre avenir et, si nous commettons des erreurs, alors ce seront les nôtres.»

« Ce que j’avais pris pour une mer de poussière est en fait un océan de mort.»

c

17858301_1913206815618155_1936193091_o

c


Vous pouvez nous rejoindre sur instagram ou par mail: bookafterbook@outlook.fr

Chronique #16: Joyland – Stephen King | Hailey

Bonjour,

Je vous retrouve aujourd’hui pour une nouvelle chronique, une chronique que je suis si heureuse de vous faire puisqu’il s’agit simplement d’un auteur que j’affectionne énormément: Stephen King! Et je vais vous parler tout particulièrement de Joyland, qui est pour moi, un bijou.

Bonne lecture!

c

17760449_1909847029287467_1283984679_n

c


c

R E S U M E

c

« Après une rupture sentimentale, Devin Jones, 21 ans, débarque l’été 1973 à Joyland, petit parc d’attraction sur le littoral de la Caroline du Nord. Il est embauché avec d’autres étudiants pour compléter l’équipe de forains, à la fois étrange et joyeuse. Sa rencontre avec un petit garçon doué de voyance, atteint d’une maladie grave, et surtout de sa mère, va changer la vie de Devin. Obsédé par le mystère du train fantôme soi-disant hanté par le spectre d’une femme égorgée 4 ans auparavant, le jeune homme se lance dans l’enquête. Un nouveau meurtre est-il possible? Parviendra-t-il à l’éviter? Une chose est sûre, l’aventure le changera à jamais. »

c


c

M O N  A V I S

c

Que dire…

Commençons pas Devin, le personnage principal de ce roman: c’est un homme triste, perdu, suite à sa rupture avec Wendy, sa petite amie. Ce personnage est tout simplement beau, il a un fond merveilleux, il est plein d’émotions, et des émotions qui nous sont retransmises. On commence avec lui, avec son histoire, sa famille, d’où il vient, on en apprend sur son passé, sur Wendy. Et il décide de travailler un été a Joyland, afin de penser à autre chose qu’a Wendy.

L’ambiance de ce parc est lourde, pesante. Tout a l’air si joyeux mais pourtant, quelque chose vous donne envie de fuir ce parc. Devin anime le parc dans un costume de chien, il devient forain, ses collègues de travail sont très attachants.

Jusqu’aux trois quarts du bouquin, Stephen King plante le décor, on en apprend plus sur le parc, sur le fantôme qui rode dans la maison hantée, sur la vie des autres, sur la nouvelle vie de Devin. C’est d’une beauté effrayante.

De fil en aiguille, Devin tente d’élucider l’enquête sur le fantôme de la maison hanté. Le récit est alors agrémenté par de nouveaux personnages, tellement touchants, tellement renversants, bluffants, avec une histoire émouvante, nous sommes obligés de les aimés. Puis le parc ferme ses portes, après la fin de la saison, et dès lors, le roman prend un tournant de dingue, où l’ambiance lourde devient asphyxiante.

J’étais en haleine jusqu’à la fin, il se lit très rapidement, et j’ai été totalement séduite par Joyland, je l’ai tellement aimé, et je le recommande pour les personnes qui ne cherchent pas de l’horreur, mais seulement de la crainte.

c


c

I N F OR M A T I O N S 

c

L’auteur: Stephen King     Le prix neuf: 5,50€      L’édition: Le livre de poche

c


c

E X T R A I T S 

c

« Quand t’as vingt et un ans, la vie est nette comme une carte routière. C’est seulement quand t’arrives à vingt-cinq que tu commences à soupçonner que tu tenais la carte à l’envers… et à quarante que t’en as la certitude. Quand t’atteins les soixante, alors là, crois-moi, t’es définitivement largué. »

« Exactement! Qu’est-ce que tu veux savoir sur lui? Et pourquoi tu peux pas chercher toi même? Ta mère s’est fait mordre par un fichier de bibliothèque quand elle était enceinte de toi, ou quoi? »

« Quand on lit un polar ou qu’on regarde un film à suspense, on peut siffloter gaiement en passant devant une multitude de cadavres, simplement curieux de savoir qui, du majordome ou de la belle-mère diabolique, est le coupable. »

c

17793037_1909858842619619_410589811_n

c

Vous pouvez nous rejoindre sur instagram ou par mail: bookafterbook@outlook.fr

Chronique #2: Mes deux lectures policières préférées de 2016 | Hailey

Bonjour!

Je suis de retour aujourd’hui pour vous présenter deux de mes lectures policières favorites de cette année.

Je n’ai pas lu beaucoup de romans policiers cette année, mais j’ai adoré ces deux-là, et les ai lu en très peu de temps, j’avais donc envie de les partager avec vous, surtout si il y a des thrillers addicts en manque de lecture!

16776389_1880700062202164_1036153376_o

a


D I S P A R U E S

 

Résumé:

«Membre de la police scientifique de Boston, Darby MacCormick est aussi efficace dans son laboratoire que sur les scènes de crime, où elle n’a pas son pareil pour faire parler les indices.

Envoyée sur les lieux d’un enlèvement, Darby découvre un témoin inattendu : une femme squelettique, vêtue de haillons, désorientée et terrorisée. L’inconnue, disparue depuis cinq ans, aurait été       fermée dans un cachot obscur et sordide.

Au fil de son enquête minutieuse, Darby comprend que les victimes seraient des dizaines à travers le pays, enlevées par un psychopathe dont les ressources et l’habileté défient l’entendement. Hantée par le sort de toutes ces femmes qui lui rappellent un souvenir traumatisant de son adolescence, Darby décide de partir en quête d’autres survivantes. Elle ne se doute pas qu’elle s’apprête à plonger au cœur de la perversité humaine… »

s

Mon avis:

C’est un roman très court (de 356 pages mais c’est suffisant pour apprécier sans que l’enquête soit lourde) qui, je trouve est très bien écrit. Je suis tombée dessus par hasard et je n’avais jamais entendu parler de lui, et ce fut une très bonne surprise pour moi. L’histoire est captivante, incroyablement réaliste et c’est ça qui m’a le plus séduite. Parce que du début à la fin j’étais complètement captivée et je voulais savoir la fin. Il y a beaucoup de rebondissement, l’histoire est tout sauf lente, et encore une fois, 356 pages c’est parfait pour cette intrigue. Les personnages sont attachants, intelligents, et à aucun moment l’un semble plus fictif que l’autre.

Je vous le recommande vraiment si vous êtes un(e) amateur(trice) de thriller.

s

Informations:

L’auteur: Chris Mooney.         L’edition: Points.         Le prix: 7,30€.

a


d
L A  V É R I T É  S U R  L ‘ A F F A I R E  

H A R R Y  Q U E B E R T


Résumé:

« À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois.Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?Sous ses airs de thriller à l’américaine, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l’Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias. »

d

Mon avis:

Ce livre a gagné le prix du roman de l’Académie Française mais aussi le 25ème prix Goncourt des lycéens, et ces deux prix sont vraiment mérités.

Le style est simple, soigné, épuré. Il est très facile mais en même temps très sophistiqué.

Je trouve l’intrigue très recherchée, jusqu’à la dernière page on s’attend à toute sorte de rebondissement, et c’est ce qui m’a plu.

Pourtant, au départ son volume m’avait impressionné (j’ai été « obligée » de le lire pour le lycée), mais au final, j’aurais demander 1 000 pages de plus si cela était possible.

C’est un très bon thriller, et peut-être même le meilleur que j’ai lu jusque là, car même si j’ai lu des thrillers depuis, aucun ne détrônera celui ci, et je le conseille vraiment aux adeptes des romans policiers.

Et si le gros format vous effraie (ou le prix), il existe désormais en format de poche disponible dans tous les points de vente culture au prix de 9,20€.

s

Informations:

L’auteur: Joël Dicker.      L’édition: Fallois.      Le prix: 22€.


d

d

Vous pouvez nous rejoindre sur instagram ou par mail: bookafterbook@outlook.fr