Chronique #225 : The seven husbands of Evelyn Hugo – Taylor Jenkins Reid

C H R O N I Q U E

❝ The seven husbands of Evelyn Hugo

Taylor Jenkins Reid

I N F O R M A T I O N S

Date de publication : 2 avril 2020

Maison d’édition : Simon & Schuster UK

Genre : Fiction historique, romance

Nombre de pages : 389

Tome : One shot

Prix : 9,83€

R É S U M É

À l’aube de ses quatre-vingts ans, Evelyn Hugo, légende du cinéma, est enfin prête à dire la vérité sur sa vie aussi glamour que scandaleuse. Mais quand cette actrice, vieillissante et solitaire, décrète qu’elle fera ces révélations à Monique Grant, journaliste pour un obscur magazine, personne ne comprend son choix. La journaliste décide de saisir cette occasion pour lancer sa carrière. Elle écoute avec fascination l’histoire de cette actrice mariée sept fois. Une histoire d’ambition, d’amitié et d’amour défendu. À mesure qu’elle recueille les confidences d’Evelyn, la journaliste comprend que leurs destins sont étroitement liés…

M O N  A V I S

J’avais lu Daisy Jones and the six de la même auteure, et je vous en ai parlé il y a quelques temps. J’avais adoré ce roman, et j’avais tant aimé la plume de l’auteure que j’attendais avec impatience de lire un autre roman d’elle dont j’entendais beaucoup parler : The seven husbands of Evelyn Hugo. J’ai un peu repoussé ma lecture, parce que je l’ai en VO, et j’avoue que ça faisait un moment que je n’avais pas lu un livre en anglais. Mais j’avais vraiment envie de retrouver la plume de l’auteure, je me suis donc quand même lancée, d’autant plus que je voulais justement découvrir un roman d’elle en VO.

J’avais peur de ne pas autant accrocher, mais alors non seulement j’ai totalement accroché, mais en plus j’ai adoré au point que c’est un coup de coeur. Je pense que ce livre m’a plus touché personnellement que Daisy Jones and the six, je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi, mais j’ai eu l’impression que ce livre m’a vraiment fait du bien.

J’aimerais vous faire un résumé qui fait justice à The seven husbands of Evelyn Hugo, malheureusement aucun de mes mots ne sera assez bon pour le décrire en si peu de mots. Mais pour vous donner rapidement les gros points, Evelyn Hugo a vécu une grande partie de sa vie sous les feux des projecteurs. C’était une actrice iconique de l’âge d’or Hollywoodien, connue pour son incroyable beauté, autant que pour ses scandales (elle s’est mariée sept fois… je sais, c’est dans le titre). Aujourd’hui, elle est âgée, et il est temps pour elle de répondre à de nombreuses questions que tout le monde se pose sur sa vie. C’est à Monique, une jeune new yorkaise (qui est géniale, même si ce n’est pas le sujet), qu’elle décide de donner les réponses. Pour la suite, il faudra lire ce livre. Et si vous n’êtes pas convaincus, lisez mon avis. Et si vous n’êtes toujours pas convaincus après ça, lisez quand même ce roman.

Je n’avais pas eu de coup de coeur depuis une éternité, j’avais oublié ce que ça faisait. Et franchement, je le dois clairement au personnage d’Evelyn. Je l’ai tellement aimée et admirée que j’oubliais parfois que c’était un personnage fictif. J’ai appris des tas de leçons de vie d’une personne qui n’existe même pas, qui a été crée de toute pièce. Je me suis sentie forte grâce à elle, j’avais l’impression d’être spéciale parce qu’elle disait qu’on doit se sentir spécial. Evelyn a souvent été aimée pour son physique et l’image qu’elle renvoie, alors qu’elle est bien lus que ça. Elle a un passé difficile, elle a du passer par des étapes difficiles pour en arriver où elle en est. Elle a fait beaucoup de sacrifices, mais aussi beaucoup d’erreurs. J’ai aimé le fait qu’elle les assume, elle ne se fait pas passer pour une bonne personne, elle précise de nombreuses fois qu’elle a fauté. J’ai envie de dire en parlant d’elle « si elle n’existait pas, il aurait fallu l’inventer ! » (donc merci Taylor).

Le roman est découpé, par « parties » qui correspondent à chacun de ses maris. On suit Evelyn, avant tout, mais on suit aussi à certains chapitres Monique, dans le présent. J’ai trouvé Monique très inspirante sur certains points, j’aurais aimé la suivre un peu plus pour voir d’autres aspects de sa vie peut-être. Mais je pense que l’auteure a quand même su bien doser sa présence dans le roman, assez pour qu’on s’attache à elle et qu’on comprenne pourquoi elle est là. J’ai aussi aimé certains autres personnages, et détesté d’autres. Je ne vais pas trop rentrer dans les détails, de peur de vous spoiler, vous découvrirez ça par vous-mêmes. Je peux juste vous dire que les romances d’Evelyn sont plus ou moins belles, et même les plus belles ont leurs défauts. Rien n’est jamais parfait, et j’ai parfois été vraiment en colère.

Que dire de plus… Je sais quoi dire, mais je sais aussi que je m’éparpille et que ça risque d’être très long. C’est un roman très touchant, sur tous les points. J’ai ressenti énormément d’émotions : j’ai ri, j’ai souri, j’ai aimé, j’ai détesté, j’ai pleuré… L’auteure a manié ses mots à la perfection pour que ce roman soit un vrai ascenseur émotionnel. Et personnellement, je ne m’en plains pas. J’ai aussi énormément aimé la façon dont ce roman traite de sujets qui étaient tabous dans le contexte temporel du roman. On se rend compte de la gravité de la situation, notamment concernant la façon dont étaient traités les homosexuels, et la menace qui pesaient sur eux aux Etats-Unis durant l’âge d’or hollywoodien. Encore une fois, je ne rentrerai pas dans les détails, mais c’était très bien amené et traité. Ce roman est aussi un bel hymne anti patriarcat, et encore une fois c’est super bien amené et inspirant.

Je vais terminer cette chronique en vous conseillant ce roman, vous l’aurez compris. Je ne peux que vous dire de foncer, de découvrir la plume de cette auteure, de vous faire votre propre avis. Et si vous voulez le lire en VO, je l’ai trouvé relativement accessible. Ce ne sont pas des mots et des tournures de phrases trop compliqués à comprendre, tout en étant très bien écrit.

C I T A T I O N S

« People think that intimacy is about sex. But intimacy is about truth. When you realize you can tell someone your truth, when you can show yourself to them, when you stand in front of them bare and their response is ‘you’re safe with me’- that’s intimacy. »

*

« Please never forget that the sun rises and sets with your smile. At least to me it does. You’re the only thing on this planet worth worshipping. »

M A  N O T E

19/20

4 réflexions sur “Chronique #225 : The seven husbands of Evelyn Hugo – Taylor Jenkins Reid

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s